Gaz

Avec Gaz - Plaidoyer d’une mère damnée, Tom Lanoye, écrivain flamand majeur d’aujourd’hui écrit son premier monologue de théâtre pour Viviane De Muynck, la grande actrice du théâtre flamand. Sur scène, venant d'un champ labouré « gris comme la pierre et plat comme une table d'autopsie », une femme s'avance vers nous, s'assied sur une chaise placée entre deux brûleurs à gaz et nous adresse la parole. Elle commémore sans le savoir la fameuse bataille de l'Yser où les troupes allemandes expérimentèrent un gaz offensif que l'on nomma l'ypérite et qui fit des milliers de morts dont un quart étaient des Algériens de l'armée française. Mais ce qui occupe bien légitimement la femme est que son fils vient de commettre (en France ? en Belgique ?) un attentat au gaz dans lequel il s'est fait exploser avec des centaines de passants : il a commis ce crime en djihadiste, celui qu'il a essayé de devenir lors de son passage en Syrie. Elle voudrait comprendre ce qui est arrivé à son garçon tout en sachant que largement sa douleur est irrecevable. D'elle et de son fils, elle tient cependant à tout dire, à commencer par la césarienne qu'elle a subie lors de la naissance du gamin. Ainsi, chose horrible, le fils est mort comme il est né : dans le sang. Elle récapitule également la disparition du père, les crises de larmes de l'enfance et les crises d'acné de l'adolescence. Dans la peau de la mère d’un terroriste abattu, son unique enfant, elle prend la parole : « Je ne suis pas ici pour célébrer la paix. J’ai un enfant à regretter. Je ne suis pas un politicien, ni un général, ni un marchand d’armes. Je suis une mère. J’ai donné naissance à un fils, le fils qu’on appelle un monstre. » 

Retrouvez ici l'interview de la comédienne Viviane De Muynck

Gaz

Saison 2017-18