KALISKY DANS LE TEXTE

« Tout est ironie, clownerie, grand concert métaphysique dans cette œuvre inachevée qu'il nous laisse, haussée par l'ironie même à la lecture universelle. Ni seulement juif, ni seulement belge et ni seulement de langue française, jamais prisonnier de son essence, véritable cosmopolite, homme des temps à venir, civilisé, nous avions bien besoin de lui, contre les barbares. Les barbares, à vrai dire le savaient : que d’insultes subies, de crachats reçus. Maintenant Kalisky est mort : il faut le lire, jouer son œuvre, il gagnera. » écrivait Antoine Vitez en 1981, à la mort de René Kalisky.
Le Théâtre des Martyrs et le Magasin d’Écriture Théâtrale s’associent pour donner à réécouter la voix de ce grand dramaturge, au travers de la lecture de six de ses textes.

ENTREE LIBRE

AIDA VAINCUE - Mercredi 24 octobre à 18h00
Aïda revient d'Amérique... Où elle a « fait » et « réussi » sa vie... Elle loue une maison en Normandie au bord de la mer. Elle y invite sa famille restée au pays, qui y mène une vie plus simple. C'est un retour qui se veut triomphant, mais qui se transforme vite en règlement de comptes. Elle ouvre de vieilles plaies et en découvre de nouvelles. Prise dans la contradiction de son rêve américain finalement imparfait, et sa quête de sens du passé, Aïda se retrouve en face de sa plus grande peur, la peur de vivre...

Aïda Chloé Winkel / Bob Adrien Drumel / Zora Alexandra Oppo / La Mère Anne-Marie Loop / Jack Renaud Van Camp
Mise en voix Jean-Baptiste Delcourt

Entrée libre - Je réserve

TROTSKY, ETC - Mercredi 24 octobre à 20h15
Fresque qui embrasse plus d’un demi siècle d’histoire, des prémices de la Révolution soviétique jusqu’aux années 60, Trotsky, etc… tient dans l’œuvre de Kalisky la place qu’occupe Lorenzaccio dans l’œuvre de Musset.
Dans une dischronologie étudiée, la pièce fait s’entremêler quatre lignes temporelles : l’assassinat de Trotsky en 1940, la Révolution d’Octobre, les procès de Moscou de 1936 à 1938 et notre regard contemporain sur ces événements entre 1962 et 1965. L’odyssée du communisme soviétique du point de vue de Léon Trotsky. Histoire écrite par les perdants, pour une fois, …

Trotsky Alexandre Von Sivers / Les autres rôles partagés entre Annette Brodkom, Yves Claessens, Pierre Pivin, Dominique Rongvaux, Simon Willame
Mise en voix  Jean-Claude Idée

Entrée libre - Je réserve

SUR LES RUINES DE CARTHAGE - Jeudi 25 octobre à 18h00
Nous sommes en 2146. Georg Koschitzke, ancien professeur d'histoire spécialisé en Études carthaginoises, et son étrange protégée Elissa passent ensemble leurs journées et leurs nuits, reclus dans une bibliothèque. Persécutés pour des raisons obscures, ils préfèrent y rester à l’abri, sans trop se faire remarquer du monde extérieur. Un jour, ils reçoivent la visite d’Alfred Baron qui se présente comme le remplaçant de K. et dit venir en ami.
Le problème, c’est que les amis de K. doivent être d’accord avec lui à propos de la destruction de Carthage...

Élissa Maude Fillon / Georg Koschitzke François Sikivie / Alfred Baron  Yoann Blanc (sous réserve).
Mise en voix Elsa Chêne

Entrée gratuite - Je réserve

LE PIQUE-NIQUE DE CLARETTA - Jeudi 25 octobre à 20h15
Six individus se chargent d'un spectacle traitant d'une « histoire » précise, le fascisme, dont ils reprennent et rejouent le dernier chapitre, celui qui mène de la République fasciste de Vérone à la pendaison du cadavre du Duce au croc de boucher de la Piazza Loreto de Milan. On ne sait pas ce qu’ils sont , ni d’où ils viennent, ni quel est précisément leur âge, ni quel a été (quel est) leur rapport avec le fascisme. On ne peut pas dire grand-chose d'eux, pas plus que sur les motivations qui les pousse à jouer, à représenter, à incarner, mais ils sont là, au présent, visiblement hantés par un passé de catastrophe.

Aldo Massari (Mussolini) Itsik Elbaz / Fri-Fri (Claretta Petacci) Mathilde Rault / Antonella (l'esthéticienne) Gwendoline Gauthier / Stephen (L'Obersturmführer SS)  Stéphane Fenocchi / Multedo (Galeazzo Ciano - le colonel Valerio)  Adrien Drumel / Fausta (Donna Rachile - le metteur en scène)  Cathy Grosjean
Mise en voix Philippe Sireuil

Entrée libre - Je réserve

FALSCH - Vendredi 26 octobre à 18h00
C’est l’histoire d’un survivant. Joseph Falsch, juif berlinois, a fui l’Allemagne en 1938, avec ses deux frères Georg et Gustav, alors que presque tout le reste de sa famille est resté et est mort en déportation. Aux Etats-Unis, Joseph devenu Joe a essayé d’oublier son passé. Joe, sorte d’alter ego de l’auteur, n’arrive pas à se définir. Il affirme : « Je suis inidentifiable ».
Kalisky superpose une fiction contemporaine et un récit biblique : ici l'histoire de Joseph et de ses frères. Mais le passé traumatique n’est pas vraiment passé et la pièce se fonde sur une sorte de rêve. Dans cette temporalité suspendue, aux couleurs d’une discothèque des premières années 80, Joe retrouve sa famille et sa fiancée berlinoise. Le survivant peut enfin parler avec les morts, comprendre leur douleur.

Benjamin Manoel Dupont / Joe Itsik Elbaz / Jacob Stéphane Fenocchi / Rachel Cathy Grosjean / Mina Souad Touaghri / Lili Eline Schumacher
Mise en voix : Jasmina Douieb

Entrée libre - Je réserve

JIM LE TEMERAIRE - Vendredi 26 octobre à 20h15
Un quart de siècle après la fin de la guerre, Jim, un Juif rescapé de la Shoah, vit toujours à l'heure des persécutions nazies (même s'il n'a pas connu les camps). Dans ses hallucinations, il rencontre Hitler et sa clique, rejoue avec eux l'histoire du nazisme. Il est « téméraire » non seulement parce qu'il fraie avec ce triste monde, mais aussi parce qu'il éprouve en plus de la peur une admiration sincère pour le Führer. Ce qui s'explique peut-être par sa condition de paria. Il est colleur d'imperméables, à quarante ans vit toujours chez sa mère et parle d'une voix immature…

Eva Braun Vanessa Compagnucci / Dr Morell Philippe Jeusette / Adolf Hitler Yannick Renier / Haushoher, Heydrich, Ohlendorf Christophe Sermet / Jim le téméraire Claude Schmitz / Geli Raubal Salomé Crickx / N.N
Mise en voix : Christophe Sermet

Entrée libre - Je réserve

DE WOODSTOCK A TWITTER

Mercredi 21 & Jeudi 22/11 à 20h15
Conférence / lecture de Paul Pourveur
Cette conférence / lecture dure 90 minutes - avec des fragments de musiques et d'actualités
ENTREE LIBRE - Je réserve

"Moi et le système, c'est toujours un problème" : en 1968, Paul Pourveur avait 16 ans, et ces mots résonnaient en lui. Il sont devenus depuis, le leitmotiv de son travail artistique et de son mode de vie. Cinquante années plus tard, à la faveur d'un travail centré sur le thème de la révolte et les mécanismes, les codes, l'évolution des mouvements de contestation et de contre-cultures, il nous propose aujourd'hui De Woodstock à Twitter, une conférence / lecture sur les contre-cultures qui ont accompagné l'évolution de la planète, de la fin des années 60 à aujourd'hui - manière, pour l'homme attentif et curieux qu'il est, de célébrer le cinquantième anniversaire de Mai 68.