MARCHE SALOPE

Céline Chariot | Jean-Baptiste Szezot

Salle Henri Ronse - 21.05 > 25.05.24 - 50 min.

Avec Marche salope (1), Céline Chariot aborde le sujet du viol, interrogeant le mutisme qui entoure les agressions sexuelles. « La vraie question n’est pas de savoir pourquoi je parle, mais pourquoi je n’ai pas parlé » écrit-elle. Aujourd’hui, elle part de constats et de statistiques, pas d’une colère irrationnelle ; elle ne veut ni écrire de fiction édulcorée, ni chercher à raconter l’histoire des femmes et encore moins la sienne, ni à brûler les hommes, ni à faire justice.

En reconstituant une scène de crime, par le biais d’un geste accessible, fort, documenté et poétique, travaillant à un acte artistique qui puisse révéler une certaine beauté tout en pouvant transcender la douleur de gestes passés, Céline Chariot, qui n’est ni danseuse, ni actrice, mais photographe, aborde le viol via le regard, via des sensations qui ont pour but la réflexion, et rappelle que dans cette transgression odieuse qu’est le viol, le crime n’est pas uniquement celui du violeur mais surtout celui d’un corps social qui pointe la victime comme responsable de son sort.
Dans une forme originale où se mêlent texte, performance, silence, regard, reconstitution du réel et onirisme, le spectacle invite puissamment à la transformation des traumatismes du passé en une puissante frénésie d’en finir avec les inégalités de genre.

(1) La Slutwalk, ou « Marche des salopes », est une marche de protestation née en avril 2011 au Canada après qu’un officier de police ait déclaré : « Si vous voulez éviter de vous faire violer, il faut éviter de s’habiller comme une salope »


Met Marche salope (1) snijdt Céline Chariot het onderwerp verkrachting aan en zet ze vraagtekens bij de stilte rond aanranding. « De echte vraag is niet waarom ik spreek, maar waarom ik niet sprak », schrijft ze. Tegenwoordig gaat ze uit van observaties en statistieken, niet van irrationele woede; ze wil geen verwaterde fictie schrijven, noch het verhaal van vrouwen vertellen, en nog minder haar eigen verhaal, noch mannen verbranden, noch recht doen.

Door een plaats van delict te reconstrueren, door middel van een toegankelijk, sterk, gedocumenteerd en poëtische gebaar, door te werken aan een artistieke act die een bepaalde schoonheid kan onthullen en tegelijkertijd de pijn van gebaren uit het verleden kan overstijgen, heeft Céline Chariot, die geen danseres of actrice, maar fotograaf is, verkrachting via de blik benadert, via gevoelens die tot doel hebben na te denken, en herinnert eraan dat bij deze verfoeilijke overtreding die verkrachting is, de misdaad niet alleen die van de verkrachter is, maar vooral die van de maatschappij die het slachtoffer aanwijst als verantwoordelijk voor haar lot.
In een originele vorm waarin tekst, prestatie, stilte, blik, reconstructie van de werkelijkheid en fantasie zich vermengen, nodigt de voorstelling op krachtige wijze uit tot de omvorming van trauma’s uit het verleden tot een krachtige razernij om een ​​einde te maken aan genderongelijkheid.

(1) De Slutwalk, of « Marche des salopes », is een protestmars die in april 2011 in Canada ontstond nadat een politieagent had verklaard: « Als je wilt voorkomen dat je verkracht wordt, kleed je dan ook niet als een slet »


In Marche salope (1), Céline Chariot tackles the subject of rape, questioning the silence surrounding sexual assault. « The real question is not why I speak, but why I didn’t speak, » she writes. Today, she reflects from facts and statistics, not from irrational anger; she does not want to write watered-down fiction, nor does she want to tell women’s stories, let alone her own, nor does she want to burn men at the stacke, or make justice.

By reconstructing a crime scene, through an accessible, strong, documented and poetic gesture, working on an artistic act that can reveal a certain beauty while being able to transcend the pain of past events, Céline Chariot, who is neither a dancer nor an actress, but a photographer, approaches rape through gaze, through sensations that are intended for reflection, and reminds us that in this awful transgression that is rape, the crime is not only that of the rapist but above all that of a social body that points to the victim as responsible for her fate.
In an original form where text, performance, silence, gaze, reconstitution of reality and fantasy are mixed, the show powerfully invites the transformation of past traumas into a powerful frenzy to get gender equality.

(1) The Slutwalk is a protest march that originated in April 2011 in Canada after a police officer said, « If you don’t want to get raped, you shouldn’t dress like a slut. »

Distribution | Cast

texte & jeu Céline Chariot | voix Anne-Marie Loop, Julie Remacle, Anja Tillberg | création sonore Maxime Glaude | lumières Pierre Clément & Thibaut Beckers | flûte Line Daenen | artiste plasticienne Charlotte De Nayer | accessoires & costumes Marie-Hélène Balau | mise en scène Céline Chariot & Jean-Baptiste Szezot


UN SPECTACLE du FESTIVAL DE LIÈGE
PRODUCTION Festival de Liège
Avec le soutien du Collectif Co-legia de Prométhéa, de la Fédération Wallonie Bruxelles, de la Province de Liège, de Shanti Shanti asbl, du Théâtre National Wallonie-Bruxelles, du Théâtre des Doms
Merci à : Planning familial le «37», Sébastien Foucault, Bérengère Deroux, Laurence Dieudonné

Presse

« Mis en scène en étroite collaboration avec Jean-Baptiste Szezot, le spectacle brille par l’équilibre – subtil et permanent – que la jeune femme cultive entre faits objectifs et objet esthétique. Son œil de plasticienne n’y est pas étranger, qui compose des tableaux comme elle cadre ses photos : avec acuité, humilité, et à l’écoute des personnalités alentour sans gommer la sienne. »
Marie Baudet, La Libre


« Une réussite totale où la poésie n’élude jamais le réel mais permet au contraire d’en approcher toute la complexité. »
Jean-Marie Wynants, Le Soir-

ACCUEIL
Prix de la critique Maeterlinck 2022, meilleure scénographie


BORD DE SCÈNE
Chaque jour à l’issue de la représentation


RENDEZ-VOUS BLEU
mercredi 22.05
Information


Dates

  • mar. 21/05/24
    19:00
  • mer. 22/05/24
    19:00
  • jeu. 23/05/24
    14:00
  • jeu. 23/05/24
    20:15
  • ven. 24/05/24
    14:00
  • ven. 24/05/24
    20:15
  • sam. 25/05/24
    19:00

Photos

Presse & Écoles