Mademoiselle Agnès

Rebekka Kricheldorf | Philippe Sireuil

Grande salle - 30.11 > 17.12.21 -

L’Alceste de Molière, c’est aujourd’hui une blogueuse critique d’art qui n’épargne rien ni personne ; dans le sillage de ses railleries destructrices, ne reste que ruine, abandon et solitude.

Tegenwoordig is Molière’s Alceste een blogster kunstcritica die niets en niemand spaart; in de nasleep van haar vernietigende bespottingen blijven alleen puinhoop, verlatenheid en eenzaamheid over.


Moliere’s Alceste is now an art-reviewing blogger who spares nothing and no one. In the wake of her destructive mockery, only ruin, abandonment and solitude remain.


« J’en ai marre de ces artistes. Ces parasites qui enchaînent les bourses, qui élèvent les petites aventures fades qu’ils ont entre eux au statut de drame intime et engagé. N’importe qui avec un gramme de coke dans le nez peut demander des subventions pour un projet culturel avec des réfugiés. »

Mademoiselle Agnès est à la sphère de l’art contemporain ce qu’Alceste était aux salons du dix- septième. Blogueuse influente, elle diffuse ce poison qu’est la vérité, n’épargnant personne, pas même son fils musicien. Toujours prête à crever les abcès et les contradictions, cette franche vipère aux crocs qui font mouche tire sur tous ceux qui mentent, dissimulent, camouflent, travestissent, qu’il s’agisse de ses amis Fanny et Adrian, ou des performeuses Annabelle et Cordula, marquises d’aujourd’hui aux grands airs et aux projets sans substance… Et si, tel Alceste face à Célimène, Agnès faiblit face à Sascha, sa jeunesse et son charisme, elle finit orpheline de son honnêteté absolue, loin du refuge campagnard où elle avait rêvé d’une vie sans faux-semblants.

Avec cette réécriture contemporaine du texte de Molière qui s’apparente à une joyeuse tuerie, l’auteure allemande Rebekka Kricheldorf, anthropologue foutraque de la bourgeoisie contemporaine, regarde, étiquette puis épingle, se lançant dans une dissection grinçante, jouissive et hilare à laquelle nous assistons avec délectation : la nôtre.

Distribution | Cast

TEXTE Rebekka Kricheldorf • TRADUCTION Leyla-Claire Rabih & Frank Weigand • JEU Fabrice Adde (Elias), France Bastoen (Agnès), Daphné D’Heur (Fanny), Adrien Drumel (Sascha), Stéphane Fenocchi (Adrian), Gwendoline Gauthier (Annabelle), Félix Vannoorenberghe (Orlando), Chloé Winkel (Cordula) • SCÉNOGRAPHIE Vincent Lemaire • COSTUMES Pauline Miguet • MAQUILLAGES & PERRUQUES Djennifer Merdjan • VIDÉO Hubert Amiel • CHORÉGRAPHIE Daren Ross • MUSIQUE Pierre Constant, François Sauveur • ARRANGEMENT MUSICAL Jean-Luc Fafchamps • RÉGIE GÉNÉRALE Cyril Aribaud • ASSISTANAT À LA MISE EN SCÈNE Lauryn Turquin • LUMIÈRES & MISE EN SCÈNE Philippe Sireuil

UN SPECTACLE de LA SERVANTE
COPRODUCTION La Servante, La Coop & Shelter Prod
Avec le soutien de la Fédération Wallonie- Bruxelles-Direction générale de la Culture, Service général des Arts de la scène, Service Théâtre, de Tax Shelter.be, ING, du Tax Shelter du Gouvernement fédéral belge.
Avec l’aide de la COCOF – Fond d’acteur & Initiation Scolaire.
En partenariat avec le Théâtre des Martyrs

CRÉATION


BORD DE SCÈNE
mardi 07.12

Dates

  • mar. 30/11/21
    19:00
  • mer. 01/12/21
    20:15
  • jeu. 02/12/21
    20:15
  • ven. 03/12/21
    20:15
  • sam. 04/12/21
    19:00
  • mar. 07/12/21
    19:00
  • mer. 08/12/21
    20:15
  • jeu. 09/12/21
    20:15
  • ven. 10/12/21
    20:15
  • sam. 11/12/21
    19:00
  • dim. 12/12/21
    15:00
  • mar. 14/12/21
    19:00
  • mer. 15/12/21
    20:15
  • jeu. 16/12/21
    20:15
  • ven. 17/12/21
    20:15