Coriolan

D'après William Shakespeare | Jean-Baptiste Delcourt

Grande salle - 07.03 > 18.03.23 - 2h10 - sans entracte

Tu hériteras d’un nom frappé de malédictions, et la chronique dira : « L’homme eut de la noblesse, mais sa dernière action en effaça la marque ».

Orgueil et noblesse du héros se heurtent aux travers de la démocratie, aux pouvoirs corrompus et aux dérives totalitaires.


Hoogmoed en edelheid van de held botsen met de tekortkomingen van democratie, de corrupte machten en de totalitaire misstanden.


The hero’s pride and nobility are colliding with the shortcomings of democracy, corrupt powers and totalitarian abuses.

De Shakespeare à Brecht en passant par Beethoven, la figure de Caïus Marcius alias Coriolan fascine et questionne. Défendant sa cité avant de lui tourner le dos, il se présente aux élections, mais sa soif d’idéal frôlant l’intégrisme, son mépris de la plèbe et son refus de la comédie démocratique, l’empêchent de transformer ses triomphes militaires en gains politiques.
En exhibant travers démocratiques, dérives totalitaires et pouvoirs corrompus, le drame de Shakespeare endosse, au regard des crises contemporaines et à l’heure où le capitalisme se transforme en machine à broyer, une aura prophétique et rappelle qu’aucun régime n’est immunisé contre la tentation d’opprimer. Pièce politique mais aussi pièce de l’intime lorsqu’elle expose ce «je» qui nous empêche de vivre en nous coupant spontanément de l’autre, tel l’orgueil de Coriolan l’empêchant d’atteindre ses plus nobles desseins. La tragédie devient en n œuvre polyphonique lorsque s’y engouffre le fracas de l’Histoire, s’exprimant souvent par crises, ruptures et bouleversements mais n’étant en définitive qu’un continuum. Brassant les enjeux de nos démocraties en souffrance : crises identitaires, corruption, guerre civile latente, concorde civile mise à mal, dissensions fratricides, pourrissement de la représentation politique, Shakespeare reste bien notre contemporain, et nous invite à faire résonner l’Histoire dans le présent, en cherchant à y écouter l’écho de notre humanité.

Distribution | Cast

texte William Shakespeare d’après les traductions de Louis Lecocq & de Nefer Ferreira Monteiro Nunes (pour la présente adaptation) • adaptation Nefer Ferreira Monteiro Nunes, Jean-Baptiste Delcourt • jeu Anne Claire (Volumnie), Serge Demoulin (Menenius), Aurélien Dony (Brutus), Soufian El Boubsi (Coriolan), Sigfrid Moncada (Sicinius),  (Virgilie), Dominique Tack (Cominius), Geoffrey Tiquet (Aufidius), Sachat Pirlet, Youri Demoulin en alternance (Jeune Martius) • scénographie Vincent Bresmal, Mathieu Delcourt • lumières Renaud Ceulemans • costumes Laurence Hermant • coiffures Laetitia Doffagne • création sonore Noam Rzewski • régie générale N.N. • assistanat à la mise en scène Florence Marchand • mise en scène Jean- Baptiste Delcourt


UN SPECTACLE de la Cie F.A.C.T.
COPRODUCTION Théâtre des Martyrs, Cie F.A.C.T, La Servante, La
Coop & Shelter Prod.
Avec l’aide de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Administration générale de la Culture, Service général de la création artistique, Direction du Théâtre, Commission des Arts Vivants, du Centre des arts Scéniques, de Tax Shelter.be, ING et du Tax Shelter du Gouvernement Fédéral belge.
Avec le soutien de Violetta Production.

CRÉATION


BORD DE SCÈNE
mercredi 08.03

Dates

  • mar. 07/03/23
    19:00
  • mer. 08/03/23
    19:00
  • jeu. 09/03/23
    20:15
  • ven. 10/03/23
    20:15
  • sam. 11/03/23
    19:00
  • dim. 12/03/23
    15:00
  • mar. 14/03/23
    19:00
  • mer. 15/03/23
    19:00
  • jeu. 16/03/23
    13:30
  • jeu. 16/03/23
    20:15
  • ven. 17/03/23
    20:15
  • sam. 18/03/23
    19:00

Photos